Le dernier album de Johnny est disponible

Lors de la conférence de presse organisée hier par Warner, beaucoup d’informations nouvelles sont venues éclairées ce disque exceptionnel.

Après le son, les explications. Il est 16h30 hier quand Rose-Hélène Chassagne, Thierry Chassagne, Sébastien Farran, Bertrand Lamblot et Maxim Nucci s’installent face aux 70 médias présents chez Warner. La salle avait été briefée auparavant. «Nous sommes ici pour parler de la musique». Et très vite, c’est un Maxim Nucci ému qui prend la parole pour raconter les conditions dans lesquelles «Mon pays c’est l’amour» a été enregistré. «C’est un travail qui s’est étalé sur un an» explique celui qui a composé la plupart des chansons et réalisé entièrement le disque. «Johnny avait envie de repartir en tournée au plus vite et voulait chanter dans des stades. Il souhaitait donc des titres pour ce genre d’endroits». Directeur artistique chez Warner, Bertrand Lamblot précise que l’ordre des chansons du disque a été conçu comme une setlist de concert. «Avec cet intermède musical au milieu, qui permettait à Johnny d’aller fumer sa clope et de changer de tenue». «Nous avons voulu balayer les styles musicaux de sa carrière» poursuit Nucci. Qui se félicite au final du son très rock qui se dégage de l’ensemble, encore un souhait du rockeur disparu. «Jusqu’au bout Johnny m’a dit “il faut que ça sonne plus rock encore”». «Sa grande crainte, poursuit Sébastien Farran était de ne “plus faire de la variet'”», étiquette qu’on lui a pas mal collée à la peau dans les années 80 et 90.

Share
YVAN DOMINA

Journaliste, rédacteur à 7 télévision

       

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *